Publications Positive Planet

La révolution positive

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Share on LinkedIn

 

Les modèles qui ont organisé dans le monde le XXe siècle ont mené nos sociétés modernes dans l’impasse. Les crises internationales se succèdent. La capacité des Etats à agir est contrainte par leurs dettes abyssales. Le marché quand il n’est pas régulé, génère des crises financières cycliques et accentue toujours plus les inégalités dans le monde. Nos modes de consommation ont pour conséquence l’accélération galopante du réchauffement climatique. Les guerres s’enchaînent et plongent des populations entières dans la détresse. Notre capacité d’accueil est mise au défi par les migrations croissantes nées de ces conflits, de la vulnérabilité des plus fragiles et du dérèglement climatique.

Face à ces immenses défis, certains pays ont fait le choix du populisme et du repli sur soi. Donald Trump annonce le retrait du gouvernement des Etats-Unis des Accords de Paris, le Royaume-Uni a voté pour le Brexit. Cette mise en marge met en danger la construction européenne.  Ce sont de mauvaises solutions. Ces défis soulignent le besoin de changement radical et la nécessité de développer un nouveau modèle. Un modèle patient, responsable de l’avenir des générations futures. La tyrannie du court terme ne conduira qu’à la dictature à long terme.

La prise de conscience est en marche. 

Déjà, les initiatives positives se multiplient. Le foisonnement des idées est puissant. L’aspiration, portée notamment par la jeune génération, d’accéder à une vie qui fait sens, grandit. Né il y a 5 ans, le marché du crowdfunding dépassera 1000 milliards de dollars dans le monde en 2020. L’économie sociale et solidaire représente déjà 10% de l’économie mondiale et connaît une croissance accélérée. Depuis la naissance du mouvement pour l’économie positive, initié par la Fondation Positive Planet en 2012, il se concrétise par des actions telles que la création du Conseil pour les Générations Futures institué par la Mairie de Paris. Le bond en avant des énergies renouvelables et l’essor de l’agriculture biologique, tout comme la lutte contre la pollution plastique participent de la dynamique positive.

Déjà, bien des choses vont beaucoup mieux dans le monde: la violence s’est réduite. La grande pauvreté recule. L’espérance de vie augmente. Le progrès technique laisse espérer un avenir formidable. Et surtout, l’altruisme commence à s’opposer efficacement à l’égoïsme.

Si nombre d’acteurs et d’actions nous démontrent que le monde de demain peut être meilleur que celui d’aujourd’hui, nous devons accélérer la révolution positive. Les enjeux de la lutte contre le réchauffement climatique et la nécessité pour les géants d’internet de sortir de la logique du libéralisme qui génère des inégalités révoltantes, nous obligent.

  • Accélérer la révolution positive, c’est agir pour l’éducation de tous les talents singuliers, partout dans le monde en garantissant les mêmes chances de réussite pour tous. Le savoir est la voie du progrès et le premier rempart à l’obscurantisme. La lutte contre l’illettrisme est une priorité absolue.
  • Accélérer la révolution positive, c’est permettre à chacun de devenir l’entrepreneur de sa vie; de donner à tous les moyens d’accéder à l’emploi et de créer les conditions d’un monde meilleur. La génération présente a les moyens d’éradiquer la pauvreté dans le monde; nous serons tenus pour responsables par les générations futures.
  • Accélérer la révolution positive, c’est valoriser notre environnement; établir une économie zéro carbone d’ici 2050 et donner aux énergies renouvelables la première place dans le mix énergétique mondial. Notre modèle doit non pas épuiser la nature mais s’en inspirer pour modéliser une économie zéro déchets.

Le modèle de demain se construit aujourd’hui. Tous les acteurs de la société doivent se mobiliser. Dans le monde entier, des premiers investisseurs sortent de la dictature du court terme, s’engagent dans l’intérêt des générations suivantes. Demain, ils doivent établir la norme pour les investissements responsables.

Des entreprises, dans tous les secteurs d’activité, sur tous les continents, prennent conscience de leur rôle moteur pour faire évoluer notre modèle économique vers un capitalisme patient. Toutes les entreprises ont intérêt à développer des stratégies fondées sur l’altruisme rationnel.

Les start-up, devenues multinationales grâce à la révolution numérique, doivent agir dans l’intérêt des générations futures. Elles ont une responsabilité historique. Les ONG préfigurent les entreprises positives de demain.

Les citoyens sont les acteurs à part entière de cette révolution positive. Une multitude d’actions citoyennes s’érige contre les conservatismes et témoigne de la volonté des jeunes en particulier de se mobiliser pour un changement radical. The Women March, manifestation mondiale pour les droits des femmes organisée le 21 janvier, tout comme les mobilisations pour la lutte contre le réchauffement climatique, sont emblématiques de cet éveil des consciences.

Les territoires sont en première ligne pour mettre en œuvre des politiques locales concourant à cette révolution positive; à l’image des 40 maires, au sein du C40, qui se sont engagés à respecter les Accords de Paris.

Enfin, les Etats doivent donner le ton et initier des politiques volontaristes. « Il se passe aujourd’hui quelque chose en France, il y a un momentum » vient de déclarer Emmanuel Macron, le président de la République nouvellement élu. « Partout dans le pays, des femmes et des hommes veulent faire, inventer, innover, veulent gagner à l’échelle du monde, veulent que la France réussisse et être fiers de leur pays« .

Depuis deux ans, les levées de fonds dans les start-up ont fait un bond de 46% en France. D’autres événements planétaires, comme la possible organisation des Jeux Olympiques à Paris en 2024 et l’Exposition Universelle en 2025 capteront l’attention du monde.

C’est fort de ce constat que le 1er septembre est organisé, sous le haut patronage du Président de la République Française, le Global Positive Forum. Cet événement sera le point de départ d’un débat planétaire participatif, qui devra déboucher sur l’énoncé d’exemples à suivre et de réformes nouvelles à entreprendre, pour accélérer la révolution positive dans l’intérêt des générations futures. Nous sommes très heureux de nous y associer. Tous les signataires participeront à ce débat planétaire. Si vous souhaitez participer, vos propositions seront les bienvenues (inscriptions à registration@globalpositiveforum.com).

Nous, signataires, appelons à contribution la société civile, les entreprises, les citoyens à participer et imaginer ensemble des solutions pour créer les conditions d’un monde meilleur. Les politiques ne peuvent y arriver seuls. C’est notre responsabilité à tous. Il en va de notre devenir commun.

A propos du Global Positive Forum : http://globalpositiveforum.org/