Publications Positive Planet

Lexique de la microfinance

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Share on LinkedIn

A

Agence : Structure sans personnalité juridique dépendant du siège social d’un système financier décentralisé ou d’une institution de Microfinance (IMF) ou d’un Système Financier Décentralisé (SFD) et dotée d’une autonomie de gestion selon les modalités prévues par les statuts de ces structures.

Association professionnelle : Regroupement de l’ensemble des systèmes financiers décentralisés d’un état membre chargé entre autres, d’assurer la promotion et la défense des intérêts collectifs de ses membres. L’association professionnelle suit notamment les objectifs ci-après :
Assurer la promotion et la défense des intérêts collectifs de ses membres ;
Favoriser la coopération entre ses membres ;
Assurer la formation de ses membres ;
Organiser et assurer la gestion de services d’intérêt commun en faveur de ses membres ; informer le public sur ses activités ou les initiatives prises ou entreprises dans le cadre de sa mission.

Agent de Crédit : Un membre du personnel technique d’une IMF ; il a pour tâche la mise en place et la gestion des crédits. Il s’occupe particulièrement de l’instruction des dossiers de crédit, les opérations de décaissement, de suivi et de recouvrement des crédits.

Agrément : L’acte juridique qui donne lieu à l’inscription du système financier décentralisé sur le registre des systèmes financiers décentralisés tenu par le Ministre. Le registre est établi et tenu à jour par la structure ministérielle de suivi qui affecte un numéro d’inscription à chaque système financier décentralisé.

Assemblée générale : L’instance suprême d’une IMF. Elle est constituée de l’ensemble des membres ou de leurs représentants, convoqués et réunis à cette fin conformément aux statuts.
L’assemblée générale peut prévoir la tenue d’assemblées de secteur, dont elle définit les modalités de fonctionnement. Sans que la présente énumération soit limitative, l’assemblée générale a compétence pour :

– s’assurer de la saine administration et du bon fonctionnement de l’institution ;
– modifier les statuts et le règlement ;
– élire les membres des organes de l’institution et fixer leurs pouvoirs ;
– créer des réserves facultatives ou tous fonds spécifiques, notamment un fonds de garantie ;
– approuver les comptes et statuer sur l’affectation des résultats ;
– adopter le projet de budget ;
– fixer, s’il y a lieu, le taux de rémunération des parts sociales ;
– définir et adopter la politique de crédit et de collecte de l’épargne de l’institution ;
– créer toute structure qu’elle juge utile ;
– traiter de toutes autres questions relatives à l’administration et au fonctionnement de l’institution

Autosuffisance Opérationnelle : Définit le niveau de couverture des charges d’exploitation par les produits d’exploitation d’une IMF.
Elle est égale : Produits d’exploitation- Charges d’exploitation

 

B

Bailleur (de fonds): dans le contexte de l’inclusion financière, le terme de bailleurs de fonds désigne des investisseurs qui financent une opération.

Balance âgée : Etat récapitulatif des crédits en souffrance d’une IMF. Dans ce document nominatif des débiteurs de la structure, le listing se fait selon la durée de retard des dossiers de crédits en souffrance.

Bénéficiaires directs : Toutes les personnes qui participent et qui sont touchées directement par le projet, comme les microentrepreneurs recevant une formation ou accédant à un produit financier. Cela peut inclure aussi le personnel des organisations partenaires qui travaille sur le projet, toute personne employée par le projet, toute personne fournissant au projet un bien ou un service.
NB : On note que dans la terminologie d’EuropeAid et les fiches projet du Développement Public de Positive Planet, il s’agit du(es) groupe(s) cible(s).

Bénéficiaires indirects : Toutes les personnes qui ne participent pas ou qui n’ont pas été concernées directement par les activités du projet. L’ensemble des membres et clients des associations et institutions de microfinance et institutions financières partenaires sont considérés comme bénéficiaires indirects. Toutefois, dans le calcul des bénéficiaires indirects, les bénéficiaires directs membres et clients de ces associations et IF partenaires doivent être soustraits du nombre total de bénéficiaires indirects total afin d’éviter les doublons.
NB : Dans la terminologie d’EuropeAid et les fiches projet du Développement Public de Positive Planet, les bénéficiaires indirects sont appelés « bénéficiaires finaux ».

 

C

Capital social : est constitué de parts sociales, dont la valeur nominale est déterminée par les statuts. Les parts sociales sont nominatives, individuelles, non négociables, non saisissables par les tiers et cessibles selon les conditions fixées dans les statuts. Les parts sociales peuvent être rémunérées dans les limites fixées par l’assemblée générale.

Capital Restant dû : C’est le capital (ensemble des prêts octroyés) non remboursé à un instant précis. C’est donc l’encours de Crédit. C’est ce capital restant qui sert de base au calcul des intérêts pour les échéances à venir.

Capitalisation : Selon le F3E, capitaliser revient à « transformer le savoir en connaissance partageable » et permet de valoriser ce que l’on sait faire. La capitalisation vise à : récolter des « savoirs fondamentaux» et des connaissances à partir des expériences liées aux projets ou à leur gestion ; les analyser ; les théoriser ; les synthétiser et les généraliser pour les rendre disponibles et utilisables. Elle permet d’identifier et de partager les meilleures pratiques au moins une échéance en retard selon les termes du contrat.

Caisse Centrale : Joue le rôle de banque pour les caisses locales ou encore institutions de base. Elle gère leurs ressources car chacune d’entre elle ouvre dans ses livres un compte de dépôt.
A part la gestion de leurs ressources, la caisse centrale assure le refinancement des caisses du réseau en procédant comme la Banque Centrale vis-à-vis des banques commerciales.
Lorsqu’une caisse est en manque de liquidités, elle recourt à la caisse centrale qui assure le principe de la péréquation en puisant dans l’excédent des autres caisses liquides.

Caution Solidaire : Est acceptée en garantie d’un crédit par les IMF. La personne qui se porte caution s’engage à payer à la place de la personne qui est cautionnée, en cas de défaillance dans le remboursement des échéances de cette dernière. Il ne s’agit pas d’un engagement moral, mais d’un acte qui peut être lourd de conséquences pour la situation personnelle de la caution. Cet acte doit être écrit, contenir un certain nombre de mentions obligatoires écrites de la main de la caution. Enfin, doit être clairement précisée caution solidaire et mentionner clairement les sommes pour lesquelles la caution se porte garante.

Coefficient d’Engagement : C’est le rapport entre l’encours de crédit et encours épargne d’une institution de microfinance ; il répond à un besoin de disponibilités et des raisons de sécurité.

Comité de Crédit : C’est l’organe qui a la responsabilité de gérer la distribution du crédit, conformément aux politiques et procédures définies en la matière. Le comité de crédit rend compte de sa gestion à l’organe qui a désigné ses membres

Compte courant : Compte dont l’argent peut être retiré à tout moment et qui est également destiné aux encaissements et aussi aux mouvements de fonds avec les autres comptes. Ce compte est généralement non rémunéré.

Compte d’epargne : Appelé aussi « compte sur livret », du fait que les opérations sont reportées sur un livret d’épargne que le titulaire conserve par devers lui. Il doit obligatoirement être créditeur.
C’est un compte où les fonds sont disponibles à vue, mais seulement sous forme de retrait d’espèces, donc en général sans moyens de paiement (chèque, carte électronique…). Ces comptes sont rémunérés par un intérêt

Compte à terme : Il a une durée fixée à l’avance et rapporte un intérêt à condition que le client titulaire du compte ne retire pas l’argent avant l’échéance (habituellement fixée entre un et douze mois). Il est contractuel, donc fait l’objet d’un établissement de contrat où sont inscrites toutes les dispositions relatives à la durée, au montant, au taux et aux conditions de rupture et de reconduction.

Confédération : Institution résultant du regroupement de fédérations et, exceptionnellement, d’unions en vertu de la loi régissant les IMF.

Conseil de surveillance : Il est l’organe d’une IMF et est chargé de la surveillance de la régularité des opérations de l’institution, du fonctionnement des autres organes et du contrôle de la gestion.

Créances rattachées : Poste de régularisation actif, il retrace le montant des intérêts dus par les membres sur leurs engagements sains mais non échus à la fin de l’exercice.

Crédit d’Investissement : Prêt destiné à l’achat de matériel, d’équipement, à la construction de local d’exploitation etc…Il est destiné à une utilisation de longue durée, généralement supérieur à 12 mois.

Crédits en Souffrance : Crédits ayant au moins une échéance qui a plus de trois (03) mois de retard de paiement. On les appelle encore les Créances Douteuses.

 

D

Dépôts : Les fonds, autres que les cotisations et contributions obligatoires, recueillis par le système financier décentralisé auprès de ses membres ou de sa clientèle avec le droit d’en disposer dans le cadre de son activité, à charge pour lui de les restituer à la demande des déposants selon les termes convenus.

Dépôt « à vue » : Dépôt rémunéré ou non, dont les fonds peuvent être retirés partiellement ou totalement à tout instant.

Dépôt à terme : Dépôt qui a une durée fixée à l’avance et rapporte un intérêt à condition que le client titulaire du compte ne retire pas l’argent avant l’échéance (habituellement fixée entre un et douze mois). Il est contractuel, donc fait l’objet d’un établissement de contrat où sont inscrites toutes les dispositions relatives à la durée, au montant, au taux et aux conditions de rupture et de reconduction.

Dettes rattachées : Poste de régularisation passif, il enregistre le montant des intérêts courus. Elles constituent des dettes rattachées aux dépôts.

Développement de produits/services : Mise en place de nouveaux produits ou/et à l’amélioration des produits/services existants. Son processus répond à une démarche systémique itérative et procède étape par étape. Le processus doit être dicté par le marché, ce qui implique que les IMF doivent s’assurer continuellement que le produit/service répond aux besoins des clients. C’est pourquoi, une étude de marché est nécessaire.
DRS/IMF (Direction de la Réglementation et de Supervision des IMF) : Le bras technique du Ministère de l’Economie et des Finances chargé de veiller au respect de la règlementation par les IMF. C’est elle qui délivre les agréments.

 

E

Effet : L’OCDE définit l’effet ainsi : « changement escompté ou non, attribuable directement ou indirectement à une action».
Il est important de comprendre la distinction et la différence entre les termes résultat et effet dans la mesure où un projet peut avoir atteint ses objectifs sans avoir toutefois permis de créer de changements chez et pour les bénéficiaires. Suivre et évaluer seulement les résultats ne permet pas de déterminer si l’action a été appropriée et efficace. La mesure des effets est donc primordiale dans l’accomplissement de la mission sociale de Positive Planet

Effet cavalerie : Phénomène qui consiste à contracter un prêt dans une IMF pour rembourser un autre prêt (souvent en souffrance) contracté dans une autre IMF.

Epargne : Part du revenu non consommée. L’Epargne ne se détruit pas immédiatement elle peut être un placement dans une Institution Financière, une thésaurisation ou un investissement.
Elle est employée sous forme d’’accumulation de monnaie disponible généralement destinée à des fins de spéculation et pas forcément à la production, c’est la Thésaurisation.

L’Epargne sur libre sur livret versée dans une Institution Financière. Elle se présente sous forme de compte courant, compte d’Epargne rémunérée, compte d’Epargne bloquée ou autre forme d’Epargne volontaire (Plan Epargne Projet) etc….

L’Epargne investie dans la production (dans divers moyens de production, l’immobilier, etc.) ou affectée à des placements ou valeur mobilière

Epargne volontaire : Montant de l’épargne déposée par ses clients auprès d’une IMF sans qu’ils y soient tenus pour l’obtention d’un prêt existant ou futur.

Epargne obligatoire/forcée : Montant de l’épargne que les clients d’une IMF sont tenus de maintenir en dépôt s’ils veulent conserver ou obtenir un prêt.

Epargne nantie ou bloquée : Epargne bloquée en garantie. Elle est constituée en pourcentage du montant du prêt octroyé par une IMF à son membre. Son taux est généralement fixé par la politique de crédit de l’institution. Toutefois certaines IMF peuvent spécifiquement établir le taux en fonction du type de crédit sollicité.
Cette Epargne est donc constituée en garantie d’un prêt contracté auprès d’une IMF. Elle peut être rémunérée. Elle est prélevée en cas de retard du Crédit (généralement après 03 mois de retard).

Emprunteur Actif : Client/membre qui dispose d’un prêt dont le capital court encore. C’est à- dire qu’il est encore débiteur de l’institution.

Encours de Crédit : Ce qui reste à être remboursé de l’ensemble des crédits octroyés à un instant précis. Il comprend aussi bien les crédits sains que les crédits en souffrance. Il constitue les engagements des membres par rapport à l’Institution.

Engagement par signature : Tout acte par lequel un système financier décentralisé prend, dans l’intérêt d’un membre ou d’un client, un aval, une caution ou une autre garantie.

 

F

Finance inclusive : Interpelle la nécessité de « création de systèmes financiers ouverts à tous » (ou systèmes financiers inclusifs). L’objectif est de permettre l’accès aux services financiers à toutes les couches de la population, notamment les couches les plus défavorisées, exclues par la bancarisation classique.
Pour parvenir à une bancarisation de masse des populations, l’idée est donc d’impliquer l’ensemble des acteurs du secteur financier, (banques de développement, réseaux postaux, banques commerciales.).

Fonds de garantie : Fonds généralement bloqué sous forme de Compte à Terme ouvert dans les livres d’une Institution Financière. Ce compte dont le titulaire est souvent un bailleur de fonds sert à garantir une partie ou la totalité d’un portefeuille de prêts accordés à des emprunteurs ciblés.

 

G

Groupement d’Epargne et de Crédit : Groupement de personnes qui, sans remplir les conditions exigées pour être agréée comme Institution de base, effectue des activités d’épargne et/ou de crédit.
Il bénéficie d’une reconnaissance du Ministère des Finances mais ne jouit pas de la personnalité morale

Guichet : Structure permanente ou temporaire rattachée à une agence ou au siège social et n’assurant que des services courants ;

Impact : Impact : D’après le F3E, l’impact peut se définir ainsi : « L’impact d’une action de développement, c’est la situation issue de l’ensemble des changements significatifs et durables, positifs ou négatifs, prévus ou imprévus, dans la vie et l’environnement des personnes et des groupes et pour lesquels un lien de causalité direct ou indirect peut être établi avec l’action de développement. »

Incusion Financière : Voir « Finance inclusive »

Institution mutualiste ou coopérative d’épargne et de crédit : Groupement de personnes, doté de la personnalité morale, sans but lucratif et à capital variable, fondé sur les principes d’union, de solidarité et d’entraide mutuelle et ayant principalement pour objet de collecter l’épargne de ses membres et de leur consentir du crédit ;

Institution de Microfinance (IMF)  : Multitude d’institutions composées de coopératives d’épargne et de crédit (COOPEC), de crédit solidaire (inspiré du modèle Grameen Bank du Bangladesh), de caisses villageoises et des banques communautaires etc. Les IMF sont plus ou moins implantées en milieu rural et interviennent à des degrés divers en agriculture. Elles se caractérisent par leur proximité par rapport à leur clientèle et par la flexibilité de leurs procédures d’octroi et de recouvrement qui sont peu contraignantes pour les populations pauvres. Au-delà de leur fonction d’intermédiaire financier, un grand nombre d’institutions de micro-finance jouent un rôle d’intermédiation sociale à travers le groupement de personnes, le renforcement de la confiance en soi, la formation dans le domaine financier et la gestion des compétences au sein d’un groupe. Ainsi, la micro-finance se définit souvent par les deux fonctions d’intermédiation sociale et financière. Loin d’être une simple affaire de banquier, la micro-finance est un outil du développement.

Innovation Financière : Terme très large qui renvoie à la notion de nouveauté dans le langage courant. Il est question d’analyser ici le concept dans le cadre de l’économie financière. Une innovation financière suppose donc le développement de produits/service financiers qui se matérialisent par un nouvel objet, combiné à un nouveau mode d’usage.
Les indicateurs constituent un outil de mesure essentiel à mettre en place dans le cadre d’un dispositif de suivi-évaluation et dans le cadre d’un projet en général.
Ils renvoient à des informations ou des grandeurs spécifiques qui peuvent être utilisées pour « montrer les changements obtenus ou les progrès accomplis par un programme en vue de la réalisation d’un effet spécifique ». Les indicateurs peuvent être vus comme des outils, à la fois, de mesure et d’aide à la prise de décisions.

Indicateurs : Les indicateurs utilisés sont à la fois quantitatifs et qualitatifs :

Les indicateurs quantitatifs visent la récolte de données dites « objectives », autrement dit sur des éléments pouvant être exprimés en chiffres – par exemple : le nombre de clients ayant reçu une formation.

Les indicateurs qualitatifs, quant à eux, se fondent sur des estimations/appréciations subjectives (opinions, perceptions, attentes, ressentis) et ont pour but de permettre d’entrevoir des changements dans les manières de faire, les attitudes, les croyances, les motivations et les comportements d’un individu : ex : nombre de clients satisfaits de la formation qu’ils ont reçu, nombre de clients qui se disent plus enclins à épargner.

Attention : Ils doivent toujours être exprimés quantitativement pour pouvoir être en mesure de révéler et d’illustrer des changements.

 

L

Lignes de Crédits : Fonds octroyés par une structure (Fonds, Projet, ONG etc.…) à une IMF avec pour objectif de placer des Crédits (un peu comme pour un crédit revolving) pendant une période donnée jusqu’au plafond d’un fonds mis à sa disposition.
Les conditions spécifiques de tirage et de placements des fonds sont définies dans un protocole de collaboration signé par les deux (02) parties.

 

M

Membre d’une Institution de Micro Finance de type mutualiste : Toute personne qui adhère à une IMF en souscrivant à une part sociale (pour participer au Capital Social) et en s’acquittant éventuellement des droits d’adhésion.

 

N

Nouveaux produits : Création de nouveaux produits qui n’existaient pas. C’est-à-dire que la création est partie de rien.

Neets : signifie Not in Education, Employment or Training (ni étudiant, ni employé, ni stagiaire), est une classification sociale d’une certaine catégorie de personnes inactives.

O

Organe financier : Structure créée par un réseau, dotée de la personnalité morale, ayant le statut de banque ou d’établissement financier et dont l’objet principal est de centraliser et de gérer les excédents de ressources des membres du réseau

Organes de Décision : (Assemblée Générale Ordinaire, Conseil d’Administration, Conseil de Surveillance, Comité de Crédit) d’une IMF: Sont les Organes de Décision d’une IMF de type Mutualiste. Ils sont élus par les Membres/Sociétaires lors de l’Assemblée Générale
Ordinaire qui reste l’Organe Suprême d’une IMF.

 

P

Plan d’épargne : Constitution d’épargne pour un objectif spécifique. Pour prendre l’exemple le plus courant au Sénégalais on trouve des plans pour le logement (PEL), pour les projets futurs (PEP) etc…
Un plan d’épargne est souvent alimenté par des versements ou virements périodiques depuis le compte courant. La durée, les montants, la périodicité de leurs versements, les taux rémunérateurs et autres modalités sont définis dans le contrat établi lors de l’ouverture du plan.

Pérénité financière : Situation où le IMF est en mesure de couvrir ses charges par ses produits sur une longue période et parvient sans l’aide des bailleurs de fonds à générer assez de revenus pour financer sa croissance.

Prêts : Tout acte par lequel un système financier décentralisé met, à titre onéreux, des fonds à la disposition d’un membre ou d’un client à charge pour ce dernier de les rembourser à l’échéance convenue

Provision : Enregistre la possibilité qu’un actif du bilan ne soit réalisable à 100%. La perte de valeur d’un actif peut être due à des événements tels que la dépréciation d’un bien, la perte de stock, ou des créances irrécouvrables.
La provision est un moyen de passer progressivement en charge cette perte de valeur anticipée au cours de la période pendant laquelle l’actif en question génère un revenu, au lieu que la perte soit effective.
Les provisions ne sont que des écritures et des estimations comptables. Ces opérations n’ont pas d’implication sur les disponibilités.

Placement : Le fait de bloquer pendant une certaine durée un certain montant d’épargne dans une opération financière pouvant apporter un gain.

 

R

Ratios : Outils d’analyse financière. Ils comparent, sous forme d’un coefficient, deux comptes ou groupes de comptes tirés du Bilan et ou du Compte de résultat.
Il permet ainsi de mesurer la santé financière d’une IMF et de la comparer d’une année sur l’autre ou avec celles d’autres IMF.

Recouvrement : Action de recouvrer (récupérer) une somme d’argent qui est due par un débiteur à une IMF

Rentabilité : Rapport mathématique entre un résultat obtenu et les moyens en capital mis en oeuvre pour l’obtenir. Il est présenté sous forme ratio, de taux.
On dit qu’une IMF est rentable lorsqu’elle parvient à couvrir ses charges d’exploitation par ses produits d’exploitation.

Réseau : Ensemble d’institutions affiliées à une même union, fédération ou confédération.

Refinancement : Mécanisme par lequel une institution financière accorde des concours à une autre institution sur la base de dossiers de crédit déjà ficelés par cette dernière.

Résultats : Les résultats désignent ce que l’action/les activités ont permis d’obtenir, ils se rapportent aux réalisations, conséquences, et aboutissements de l’action entreprise. Suivre les résultats permet à terme de :
Savoir si les objectifs spécifiques du projet ont été atteints ou non en s’appuyant sur les Indicateurs Objectivement Vérifiables définis en amont du projet ;
Mesurer l’écart entre ce qui était prévu et ce qui a été effectivement réalisé : par exemple, comparer le nombre de formations prévues avec le nombre de formations délivrées.

Les résultats à atteindre sont cités dans les documents de conception ou de présentation des projets (cadre logique, contrat…).
Les résultats apportent des informations essentiellement d’ordre quantitatif, d’où l’importance de suivre aussi les effets/les impacts pour avoir une vision plus qualitative. On notera que la méthodologie de Positive Planet s’appuie justement sur un mélange d’indicateurs quantitatifs et qualitatifs.

 

S

Services Financiers : Opérations (collecte de dépôts, prêt d’argent, engagement par signature) réalisées par les systèmes financiers décentralisés dans le cadre de l’agrément délivré par le Ministre

 

T

Taux d’interêt : Le taux d’intérêt d’un prêt ou d’un placement (épargne) se présente sous la forme d’un pourcentage, calculé selon des conventions prédéfinies (politique de crédit ou d’épargne).
Le taux d’intérêt d’un prêt mesure de façon synthétique, sur une période donnée, la rentabilité pour le prêteur ou le coût pour l’emprunteur.
Le taux d’intérêt de l’épargne est la rémunération de l’abstinence : celui qui prête renonce à une consommation immédiate pour épargner. Le taux d’intérêt devient le prix du temps, la récompense de l’attente.
Nous retenons deux manières de calculer le taux d’intérêt : la manière constante et la manière dégressive.
Taux d’intérêt constant : Il répond au critère d’amortissement constant. Ce taux concerne aussi bien l’épargne que le crédit. Son calcul est simple :
Taux d’Intérêt constant: Capital x Taux x période 100
Taux d’intérêt dégressif : Répond au critère du remboursement périodique avec taux d’intérêt dégressif. C’est-à-dire qu’après chaque échéance honorée, le taux est appliqué sur le Capital restant dû.
Taux d’intérêt dégressif : Capital x Taux x période 1- (1 + Taux x période) – nombre d’échéance

Taux d’usure : Pour réglementer les pratiques des IMF en matière d’application d’un taux d’intérêt.

Taux de remboursement : Le Taux de remboursement compare le montant remboursé au moment échu/attendu sur une période donnée.
Il ne renseigne à lui seul sur les performances de l’encours de l’encours de crédit.
Il est égal : Montant remboursé (à jour et en retard)
(Total dû pour la période) + (Montant en retard des périodes précédentes)